L’être humain est souvent, pour le meilleur ou pour le pire, la somme de ses expériences passées. Il ne faut surtout pas se placer sous le mode radar comme gestionnaire et se laisser surclasser par des pensées limitatives qui ont comme conséquences d’anéantir tout processus de développement et de croissance .

Voici un article du Journal Les Affaires, qui résume bien cette pensée:

« Vous avez peut-être entendu parler de cette expérience où un brochet a été placé dans la moitié d’un grand aquarium en compagnie d’une panoplie de petits poissons pataugeant librement (et visiblement) dans l’autre moitié; celle-ci séparée par une vitrine transparente. Les brochets affamés tentaient d’attraper les vairons, mais se butaient obstinément à la plaque de verre. Au bout d’un certain temps, les brochets ont abandonné la lutte. La vitre retirée, les vairons se sont joints aux brochets, mais ceux-ci avaient tellement renoncé au combat qu’ils ne les chassaient même plus. Cette réaction se nomme le syndrome du brochet.

La première fois que j’ai entendu parler de cette expérimentation est par l’entremise de Sylvie Geneau, intervenante à l’Institut de leadership en gestion et spécialisée en créativité et innovation. Ce fut pour moi une véritable révélation, car à un moment ou à un autre de nos vies professionnelles, nous avons tous souffert (ou nous souffrirons tous) de ce syndrome. Puisque l’être humain est souvent, pour le meilleur ou pour le pire, la somme de ses expériences passées, il cherche souvent à ce que les mauvaises ne se répètent plus jamais.

Par exemple, vous est-il déjà arrivé d’être anéanti après avoir vécu une expérience négative lors d’une prise de parole en public? Avez-vous déjà ressenti un fort sentiment d’humiliation après avoir essuyé un «non» catégorique lors d’un processus de vente? Si la réponse est oui à ces questions, vous avez été sûrement réticents à «vivre» de nouveau ce type de sensations désagréables. La peur d’être blessé ou de ressentir des émotions déplaisantes prend souvent le dessus… malheureusement. »

Voir la suite de l’article