Vous avez sans doute vu ces célèbres statuettes, dont la connaissance incertaine est attribuée à un moine bouddhiste au VIIème siècle en Chine. Ces singes de la sagesse apparaissent même avant dans des textes de Confucius (un de mes amis). L’interprétation est généralement celle-ci :

On ne doit pas voir le mal, ne pas écouter le mal ni transmettre le mal en parlant pour préserver son bonheur.

Difficile de se résoudre à cette interprétation simple, voire simpliste de ces animaux qui ont même influencé la tradition japonaise, sous les noms de Mizaru (l’aveugle), Iwazaru (le muet) et Kikazaru (le sourd).

Ainsi, il faudrait refuser de voir le mal en l’ignorant ? À ce compte-là, bien des horreurs seraient encore aujourd’hui inconnues et impunies.

Pour ma part, et pour revenir à des notions plus professionnelles, j’y vois 3 comportements très importants dans la communication avec des clients, par exemple.

Se cacher les yeux peut signifier qu’on se refuse à l’évidence, à la vérité des faits et donc une certaine objectivité. Cette attitude peut être néfaste, car elle conduit à un manque de lucidité que pourrait vous reprocher un client sur sa situation réelle et non celle qu’il croit connaître.

Se cacher les oreilles est tout aussi dangereux. Ne pas écouter n’importe quoi peut avoir un aspect positif dans la mesure où ce qui fait du bruit (du buzz aujourd’hui) n’est pas nécessairement vrai.  On le dit souvent:  la chose la plus difficile, dans les métiers de conseil en tous genres, c’est de vraiment écouter le client et donc d’avoir une attitude d’écoute active qui est facilité par le fait de fermer sa …bouche.

Et on y vient! Lle singe qui ferme sa bouche est-il le plus sage des 3 ?

Certes, les grands orateurs, ceux qui ont une grande facilité de parole et de pensée forcent souvent l’admiration mais, dans la pratique bouddhiste et dans d’autres tendances spirituelles, le silence est vénéré pour faciliter la méditation et la pensée.

On dit que Gandhi avait près de lui durant toute sa vie ces 3 petites statuettes, seule présence matérialiste acceptée par ce grand sage.

D’autres interprétations ont été faites avec cette métaphore des 3 singes. Quelle sera la vôtre ?